Please enable JavaScript !
Veuillez activer Javascript
Prosze wlaczyc JavaScript
Bitte aktiviere JavaScript
Por favor activa el Javascript!
Le Magazine International Polonais
Macédoine de légumes à la polonaise - Sałatka jarzynowa - Kluski na parze - Un appel général à Boycotter tous les Kebabs a été lancé après le meurtre d’un jeune homme - Quand TF1 ne savait pas faire la différence entre Slovaquie et Slovénie. - Joyeuses Fêtes et Bon Réveillon de Noël - Le terroriste de Berlin vient d’être tué à Milan - Découvrez les légendes de la mythologie slave en vidéos pour Noël.... - Collecte de fonds pour le héros Polonais tué à Berlin - Berlin : Hommage au héros Polonais qui a évité que le terroriste ne fasse bien plus de victimes. - Que faire de Xavier Moreau et de sa vision de la Pologne ? -

Meilleurs vœux de Noël pour les soldats présents en Afghanistan.

lundi 17 décembre 2012.
Accueil du site > Actualité de Pologne : Sommaire > International > Meilleurs vœux de Noël pour les soldats présents en Afghanistan.
 
(0 - 0 vote)

Abonnement

Le ministre des affaires étrangères s’est rendu à la base de Bagram, localisé au sud-est de l’Afghanistan, dimanche dernier, en vue de rencontrer les troupes militaires présentes sur place et leur souhaiter des festivités de Noël paisibles et en toute sécurité.

Le chef de la diplomatie polonaise, Radoslaw Sikorski, en a profité pour souligner le professionnalisme des militaires polonaises et a par ailleurs réitéré l’engagement de la Pologne avec l’Afghanistan jusqu’à la date de 2014 où les 2000 troupes polonaises devraient commencer à se retirer.

Radoslaw Sikorski, lorsqu’il est arrivé samedi soir dernier en Afghanistan, a déclaré : « Nous allons continuer à former les afghans, aussi bien la police comme les militaires. Nous allons poursuivre notre programme d’aide au développement et de scolarisation, afin de faire en sorte qu’après 2014, nous puissions affirmer que nous avions effectué un solide travail, et que nos objectifs en Afghanistan visant à stabiliser le gouvernement constitutionnel puisse être atteints. »

Ce même samedi, Radoslaw Sikorski s’est entretenu avec son homologue afghan, Zalmaj Rassoul. Il a également rencontré le président afghan Hamid Karzai et a donné une conférence à l’Académie Diplomatique de Kaboul. Celui-ci connaît bien ce pays, puisqu’au cours des années 1980, il a travaillé pour le compte d’un média britannique quand ce pays était occupé par les troupes soviétiques que les rebelles cherchaient à renverser. Ce samedi, il a également signé un accord intergouvernemental qui définit le cadre d’une coopération économique, éducative et culturelle entre la Pologne et l’Afghanistan. mip201212cpgrdk

Depuis Kaboul, Radoslaw Sikorski s’est par la suite rendu ce lundi à Moscou afin de s’entretenir avec son homologue russe, le ministre des affaires étrangères Sergei Lavrov. Ils vont co-organiser une réunion vis à vis du Comité Stratégique de Coopération Polonais – Russe, établi en 2002, mais certains analystes géopolitiques estiment que l’affaire du retour de l’épave de l’avion présidentiel qui s’est écrasé à Smolensk en avril 2010 ne vienne ternir de tels pourparlers. Lors de cette tragédie, le monde entier se souvient qu’à son bord l’ancien président polonais, Lech Kaczynski, accompagné de son épouse, Anna Kaczynska, ainsi que de plusieurs dignitaires et hauts fonctionnaires polonais, avaient trouvé la mort. De part cette tragédie, le monde apprenait que la visite du défunt président polonais visait à rendre hommage aux victimes de Katyn, et prenait connaissance de ce crime de guerre qui avait été orchestré par la police secrète communiste de Staline en 1941.

Cette affaire de la tragédie du 10 avril 2010 est bien loin d’être résolue, et constitue un nouveau point de tension entre la Pologne et la Russie. Jusqu’à présent, les autorités russes ont toujours refusé de restituer l’épave de cet avion. L’affaire a fait état de nombreux rebondissements récemment, d’autant plus qu’il y eu des erreurs sur l’identification de certaines dépouilles.

Pas plus tard que la semaine dernière, Radoslaw Sikorski avait demandé à la responsable des affaires étrangères de l’Union Européenne, Catherine Ashton, de faire pression sur les autorités russes afin que celles-ci restituent l’épave de cet avion, ce qui avait surpris le ministère russe des affaires étrangères, qui a répondu qu’en vertu de la législation russe sur les pièces à conviction, l’épave de cet avion ne pouvait pas être restituée tant que les procédures d’enquête ne sont pas terminées. En résumé, les autorités russes ont sorti le traditionnel baratin pour faire obstacle aux enquêteurs polonais.

Commentaires sur le forum de discussion

Copyright © 2015 Gazeta MediaPolonia.com
Répondre à cet article

Partagez cet article en 1 clic :