Please enable JavaScript !
Veuillez activer Javascript
Prosze wlaczyc JavaScript
Bitte aktiviere JavaScript
Por favor activa el Javascript!
Le Magazine International Polonais
La nouvelle interface de LinkedIN est une arnaque qui fait fuir les utilisateurs - Macédoine de légumes à la polonaise - Sałatka jarzynowa - Kluski na parze - Un appel général à Boycotter tous les Kebabs a été lancé après le meurtre d’un jeune homme - Quand TF1 ne savait pas faire la différence entre Slovaquie et Slovénie. - Joyeuses Fêtes et Bon Réveillon de Noël - Le terroriste de Berlin vient d’être tué à Milan - Découvrez les légendes de la mythologie slave en vidéos pour Noël.... - Collecte de fonds pour le héros Polonais tué à Berlin - Berlin : Hommage au héros Polonais qui a évité que le terroriste ne fasse bien plus de victimes. -

Hallucinations et délires du Réseau Voltaire concernant la Pologne.

dimanche 20 avril 2014.
Accueil du site > Actualité de Pologne : Sommaire > International > Hallucinations et délires du Réseau Voltaire concernant la Pologne.
 
(0 - 0 vote)

Abonnement

Sur le Réseau Voltaire, il n’est pas rare d’être confronté à la lecture de la propagande pro-russe de certains pseudos « intellectuels auto-proclamés », tel Thierry Meyssan, qui est l’un des co-fondateurs de ce mouvement. Sans même avoir besoin d’y accentuer l’étude, on se rend rapidement compte que c’est du lourd, voir du très lourd. La nouvelle trouvaille de ce Thierry Meyssan consiste à venir nous expliquer que l’actuel gouvernement polonais aurait préparé le coup d’État orchestré par le mouvement pro-européen Maïdan, en mettant en place des camps de formation militaire pour entraîner les activistes ukrainiens. Il explique par ailleurs que ce coup d’État aurait été organisé avec l’aide des États Unis d’Amérique, du complot juif mondial, des sionistes d’Israël, des illuminatis, le tout corroboré par les reptiliens venus d’une autre galaxie. Le socle sur lequel s’appuie Thierry Meyssan, consultant en géopolitique Free Lance et auto-proclamé, pour étayer sa thèse : un article provenant du site polonais anti-clérical et communiste « Nie », publié lors des traditionnelles blagues des poissons du 1er avril !

Une double propagande, où l’ironie à double tranchant d’une situation burlesque.

Lors des séminaires de communication proposés aux managers d’entreprise, on enseigne le fait que toute communication ne peut être efficace que lorsqu’on a des informations intelligibles à rendre à son auditoire. Une relation de confiance se construit alors quand celui-ci a l’impression qu’on le rend intelligent.

Dans le présent cas, arrivant en plein milieu des festivités de Pâques, c’est tout le contraire qui s’en est manifesté.

Jerzy Urban, rédacteur en chef du magazine ultra satirique "Nie", na jamais caché ses sentiments pro-staliniens et ses relents racistes cathophobes. Il suffit de jeter un coup d’œil aux dessins diffusés sur son site éponyme pour rapidement comprendre qu’il s’agît du petit frère de Charlie Hebdo, mais en pire. À côté, les caricatures du prophète Mahomet relèvent de la poésie. Jerzy Urban est un ancien journaliste qui collabora à la presse soviétique quand la Pologne était occupée par l’URSS. Malgré ses déboires avec l’ancien président communiste Gomulka, - qui s’est illustré lors des répressions des révoltes ouvrières polonaises où les réclamations se limitaient à avoir un peu plus de pain, - il travailla durant plusieurs décennies à la propagande du régime soviétique. C’est aussi lui qui a raillé le prêtre polonais Jerzy Popiełuszko quand celui-ci fut assassiné par la police secrète communiste.

Il est intéressant de déterminer le profil de Jerzy Urban, cela permet de définir les sources vis à vis desquelles se nourrit Thierry Meyssan pour construire sa propagande, qui est elle même diffusée sur des sites français se revendiquant à la fois anti-système et partisans de la tradition ecclésiale chrétienne. Là où la logique de ces mêmes sites s’arrêtent : ils ne peuvent pas être en même tant défendeurs des valeurs chrétiennes et de l’autre activistes pro-russes allant même jusqu’à appuyer leur position sur des anti-cléricaux. C’est le cas du site Égalité et Réconciliation mis en ligne par Alain Soral. À moins que cette revendication de la tradition ne soit en réalité qu’un enfumage supplémentaire.

Le site « Nie » est politiquement à l’extrême gauche en Pologne : il n’a jamais caché ses affinités avec le parti des anciens communistes qu’est celui de l’Alliance Démocratique de Gauche (SLD), et a développé ses accointances politiques avec le Mouvement anti-clérical Palikot, celui dont la seule politique consiste à légaliser l’usage des stupéfiants et aller partir à la chasse aux catholiques. Ce site milite activement contre les principaux adversaires politiques des communistes de SLD et des fous furieux de Palikot, à savoir la Plate-forme Civique (PO) du Premier ministre polonais Donald Tusk et du ministre aux affaires étrangères, Radoslaw Sikorski. Il est donc logique qu’il puisse instrumentaliser le conflit qui oppose les pays d’Europe de l’Est à la Russie concernant la crise ukrainienne pour essayer d’attaquer, sur la scène politique interne, les dits adversaires politiques. Comme ce site manque la plupart du temps d’argument sur le fond, quoi de mieux que profiter des poissons d’avril pour y glisser toute forme de boutade. D’ailleurs, la plupart des commentaires sur le même article invoquent un poisson d’avril, ce que ne dément pas par ailleurs le site "Nie".

De l’autre côté, il y a Thierry Meyssan : anti Union Européenne, anti OTAN, anti USA, anti Israël, pro Poutine, pro Chine, pro Assad, pro Kadhafi. Il utilise un poisson d’avril du site "Nie". Une désinformation, où aucun argument n’est fondé si ce n’est qu’on admet qu’il s’agît d’une blague de mauvais goût, est réemployé et réutilisée deux semaines plus tard par une personne qui se prétend « expert international ». Une désinformation issue d’un conflit politique interne nourrit une autre désinformation pour le compte d’un activiste pro-russe.

Thierry Meyssan ne connaît, ni ne lit, ni ne comprend la langue polonaise. Il démontre qu’il ne connaît rien à la Pologne. Il ne vérifie pas non plus ses sources. Il s’adresse à un public francophone, où l’enseignement de la langue polonaise n’est pas très fréquent, donc, s’ouvre à lui l’opportunité de prendre pour des abrutis les dits lecteurs francophones.

La source de Thierry Meyssan : l’article « Secret d’État concernant Maïdan » sur le site polémique "Nie".

Le fort taux de notoriété de l’article en question se constate directement du point de vue des commentaires, tant au niveau de l’article, comme sur les réseaux sociaux. Tous les intervenants évoquent un poisson d’Avril, certains sont même choqués que le site ne soit pas assujetti à des poursuites judiciaires, tant les propos sont grotesques, mais surtout non fondés et manquant délibérément de preuves.

Cet article annonce que les autorités de police polonaise auraient mis en place un camp de conditionnement, en Pologne, pour entraîner les activistes de Maïdan, qui fort bien âgés dans la quarantaine, seraient venus en Pologne sous le faux prétexte d’une formation technique à l’Université de Varsovie. Le même genre d’article issu de la propagande des médias ruses, qui affirmaient il y a encore quelques mois de cela, sans aucune preuve, que la Pologne aurait mise en place des camps d’entraînement à la disposition des combattants tchétchènes... Sans élément probant : pas de photo, ni de vrais témoins, une juxtaposition d’hypothèses venant illustrer des postulats construits d’avance.

D’après cet article, comme les personnes avaient plus de 40 ans, celles-ci ne pouvaient pas venir dans le contexte d’une formation et d’une coopération entre l’Université de Varsovie et l’Université de Technologies de Kiev. Là où l’auteur de l’article polonais se plante, c’est qu’il est possible d’avoir 50 ans et de suivre des programmes de formation dans toutes les Université de Varsovie.

L’article publié sur le site "Nie" se base sur un témoignage d’une personne venue travailler en Pologne, supposée ukrainienne, anonyme, répondant au seul diminutif de Wowa, qui serait interrogée par un journaliste, enregistré sous le pseudonyme de Marek Miszczuk. Ce même Marek Miszczuk ne figurant pas dans l’équipe éditoriale du magazine "Nie". Le reste de l’article s’appuie sur ce témoignage, sans apporter ne serait ce un seul élément d’information permettant de corroborer les explications. Absence de photo, absence de références, pas d’informations sur internet, pas de nom de personne vers qui chercher la moindre info, pas de nom d’entreprise, pas même de nom d’administration en Pologne, à savoir qu’on ne sait même pas de quelle université il s’agît. Par contre, nous avons eu conformation par les universitaires ukrainiens de Kiev qu’il n’y a pas eu d’échange d’étudiants de plus de 40 ans au cours du mois de septembre 2013. C’est le genre d’article purement diffamatoire et qui ferra en sorte de n’impliquer personne directement pour éviter d’aller vérifier l’information.

D’après le témoin, 86 membres du parti ukrainien Secteur Droit auraient été invités par le ministre polonais des affaires étrangères à suivre un programme de formation dans une université, inconnue et non citée, à Varsovie. Nonobstant, ces membres de Prawy Sektor, c’est à dire Secteur Droit, ne se seraient pas rendus aux cours car il serait impossible, d’après l’article, de pouvoir être étudiant passé 40 années. Là où l’article du site "Nie" se plante lamentablement, c’est qu’il est possible de suivre des formations continues et professionnelles en Pologne au delà de 40 ans, voir même de 50 ans . Cette information est vérifiable . Une autre information vérifiable et vérifiée : les échanges d’étudiants appartenant au parti Prawy Sektor. Thierry Meyssan a évité de retranscrire intégralement l’article source dont il s’inspire, mais l’article annonce un échange entre une université inconnue de Varsovie et l’université technique d’Ukraine au cours du mois de septembre 2013. Ce samedi 19 avril, il nous a été confirmé, par des académiciens ukrainiens de Kiev, qu’aucun échange d’étudiant âgé de plus de 40 ans n’a eu lieu entre les départements universitaires de technologies ukrainiens et une quelconque université à Varsovie. Par ailleurs, aucune trace de formation de militant de Prawy Sektor à l’École de Police de Legionowa. Par contre, les déboires du site "Nie" avec les autorités judiciaires polonaises sont eux très connus, où le site n’a de cesse de comparer les forces de l’ordre à des fascistes.

Cerise sur le gâteaux, le témoin imaginaire évoque auprès du journaliste tout aussi bidon avoir des photographies attestant de cette formation où on y verrait « des ukrainiens en uniformes nazis avec leurs professeurs polonais en civils », propagande reprise par Meyssan. Bien, alors montrez nous les photos concernées, car il n’y en a pas !

Les petits rajouts de Meyssan pour enjoliver ses Manipulations et Désinformations.

Fallait bien adapter la première propagande à la seconde. Tout est bon pour Meyssan pour aller salir le gouvernement et le faire passer pour un gouvernement de nazi, puisque l’accusation de nazi est la dernière argumentation derrière se cachent les vrais fascistes eux mêmes. Ici, le véritable fasciste, c’est Thierry Meyssan.

Voici le genre de connerie monumentale qu’on peut lire chez cet arriéré : « Pour renverser le gouvernement de son voisin, la Pologne s’est appuyée sur des militants nazis à la manière dont la Turquie s’appuie sur Al-Qaïda pour renverser le gouvernement syrien ».

Cela fait plusieurs décennies que l’Ukraine ne peut librement se développer car elle est sous le joug d’un conglomérat oligarchique russe, avec la coopération des fonctionnaire russophones pro-russes de l’Est, il est évident que l’ancien régime tsariste allait un jour ou l’autre flancher. Cela n’a absolument rien à voir avec la Pologne. Avant d’aller raconter qu’un gouvernement ai tenté de renverser celui d’un pays voisin, il faut des preuves solides, ce dont n’a jamais eu Meyssan. Quand on s’appuie sur un article polémique d’un journal plus que satirique, le professionnelisme d’un soit disant consultant international a de quoi sérieusement être remis en cause. Il ne suffit pas de dire que les politiques étrangères polonaise et russe soient aux antipodes pour prétendre à un tel renversement en Ukraine, d’autant plus qu’il y eu des coopérations, des mains tendues, il faut des éléments plus concrets et des faits avérés, des documents officiels, des témoignages plausibles. N’importe quel internaute est aussi, voir même plus efficace en tant qu’expert international que cette marionnette de Meyssan dont la seule compétence se limite à utiliser Google.

Celui – ci de poursuivre dans son hystérique plaidoirie : « Non seulement il n’est pas étonnant de voir les actuelles autorités polonaises s’appuyer sur les petits-enfants des nazis ». On pourrait se poser la question si la personne qui parle ainsi de la Pologne connaît réellement l’Histoire de ce pays . ? C’est le pays qui a le plus souffert de l’Allemagne nazie, qui a payé le plus cher tribu, qui a même souffert de la coopération entre les nazis et les ukrainiens au cours de la seconde guerre mondiale, et, à fortiori, l’actuel gouvernement polonais utiliserait des petits-enfants de nazi ?

Toujours aussi délirant : « le journaliste et député Jacek Kurski révéla que Józef Tusk, le grand-père de Donald Tusk s’était engagé volontairement dans la Wermacht »

Thierry Meyssan dit tellement n’importe quoi qu’on ne peut pas ne pas le qualifier de gros con d’envergure extrême. Cet idiot utile au service de la Russie se permet de salir gratuitement autrui alors qu’il serait peut être bon de rétablir la vérité. On es pas obligé d’apprécier Tusk sur la scène politique interne, mais on ne peut pas non plus accepter que n’importe qui crache son venin sur qui que ce soit au motif que le crapaud en question, Meyssan Thierry, participe de la guerre de l’information pro-russe via son réseau. D’une part, Jacek Kurski, en tant que membre du parti de l’opposition Droit et justice (PiS), a effectué de fausses accusations à l’encontre de Donald Tusk, pour essayer de le discréditer sur la scène politique. Ces accusations ont été démontrées comme fausses. Le chef du parti de l’opposition, l’ancien président Lech Kaczynski, a viré Jacek Kurski de son parti politique, et a présenté des excuses à Donald Tusk, quand bien il s’agissait de son adversaire politique, certaines méthodes déloyales n’étaient pas concevables. Là, un petit pleutre, via son réseau ploutocratique, alias Meyssan, vient vomir sur Donald Tusk. Des sources bidonnées, non prouvées, des propos calomnieux voir injurieux pour la réputation d’un individu : les internautes pourront juger de la médiocre tenue du discours de Meyssan.

Par ailleurs, le grand-père en question œuvra dans la résistance polonaise. De même, au niveau de la scène politique international, le gouvernement de Donald Tusk est celui qui a permis d’améliorer les relations de la Pologne avec la Russie, avant que celle-ci ne vienne annexer, illégalement, la Crimée. Donald Tusk est tout sauf russophobe et encore moins un nazi.

Dossier sur la crise ukrainienne : http://mediapolonia.com/news/theme2993.html

Lire la suite : Le bourbier dans lequel s’enfoncent Soral, Sapir et Meyssan au sujet de l’Ukraine

Meyssan, Soral, Sapir reconnaissent avoir menti et s’être planté comme des cancres !

Copyright © 2015 Gazeta MediaPolonia.com
Répondre à cet article

Partagez cet article en 1 clic :

Forum