Please enable JavaScript !
Veuillez activer Javascript
Prosze wlaczyc JavaScript
Bitte aktiviere JavaScript
Por favor activa el Javascript!
Le Magazine International Polonais
Macédoine de légumes à la polonaise - Sałatka jarzynowa - Kluski na parze - Un appel général à Boycotter tous les Kebabs a été lancé après le meurtre d’un jeune homme - Quand TF1 ne savait pas faire la différence entre Slovaquie et Slovénie. - Joyeuses Fêtes et Bon Réveillon de Noël - Le terroriste de Berlin vient d’être tué à Milan - Découvrez les légendes de la mythologie slave en vidéos pour Noël.... - Collecte de fonds pour le héros Polonais tué à Berlin - Berlin : Hommage au héros Polonais qui a évité que le terroriste ne fasse bien plus de victimes. - Que faire de Xavier Moreau et de sa vision de la Pologne ? -

Le bourbier dans lequel s’enfoncent Soral, Sapir et Meyssan au sujet de l’Ukraine.

lundi 21 avril 2014.
Accueil du site > Actualité de Pologne : Sommaire > International > Le bourbier dans lequel s’enfoncent Soral, Sapir et Meyssan au sujet de (...)
 
(3.57 - 1 vote)

Abonnement

Il est coutume en France d’énoncer ce proverbe issu de la tradition de la langue de Molière, « on apprend guère au vieux signe à faire des grimaces ». S’agissant d’une série de pseudos penseurs, se revendiquant de manière ironique intellectuels auto-proclamés, tout porte à croire que ces derniers se sont limités à reproduire les grimaces du singe polonais Jerzy Urban, en allant bêtement recopier et réemployer un article publié sur le site polonais NIE, utilisé à des fins ironiques, dans le cadre des blagues de potache du 1er avril, afin de servir, tel des laquais au service des médias, leur propagande en faveur de Vladimir Poutine.

On aurait pu choisir différents intitulés tellement la situation est grotesque. Voili Voilou. Nous citons ici Alain Soral à travers son site de propagande qu’est Égalité et Réconciliation, ou encore Jacques Sapir à travers son blog de propagande « RussEurope Hypothèses », ou encore Thierry Meyssan, à travers le site de son association qu’est le Réseau Voltaire (ce qui n’est pas rendre hommage au philosophe français du Siècle des Lumières, surtout quand le dit réseau sert à alimenter des courants de pensée nourrit par des puissances étrangères qui sont les ennemies du peuple français et des européens en général). Nous les citons parce qu’il font parti de la sphère francophone non pas russophile, mais poutinolâtre et ukraïnophobe, relayant la propagande dudit régime de Vladimir Poutine à travers l’internet francophone, et pour certains d’entre eux, notamment Alain Soral, par des relents fascistes et nazis (profitant également de l’occasion pour ressortir une affaire impliquant les nervis nazis d’Alain Soral auprès de la communauté polonaise ). Cette situation est d’autant plus grotesque que ces trois pôles de médias ont fait circuler une fausse information afin d’appuyer une thèse géopolitique tout aussi bidon. mip201403cpgrdk

Cela signifie que n’importe qui sur internet peut écrire n’importe quoi, cela ne va sûrement pas empêcher des gens comme Jacques Sapir, Alain Soral ou encore ce Thierry Meyssan, d’aller prendre cela pour lettre d’Évangile, dans la moindre mesure où ça ira dans le sens de leur propagande, afin d’appuyer leurs thèses tout aussi bidon. Mais là où le bât blesse : la source est en langue polonaise, les propagandistes d’opérette sont des français, alors quoi de mieux qu’un magazine polonais pour venir mettre la lumière sur les conneries monumentales de cette bande de crétins.

Pour la petite histoire, je vous invite à vous rendre sur la dépêche publiée hier à cette adresse : Hallucinations et délires du Réseau Voltaire concernant la Pologne. http://www.mediapolonia.com/news/swpolska4432.html

En résumé : Jerzy Urban est un ancien journaliste ayant travaillé pendant plusieurs décennies pour la presse polonaise du gouvernement communiste et sous ordre du Kremlin quand la Pologne était sous contrôle soviétique. Celui-ci milite actuellement en tant qu’activiste communiste en Pologne en utilisant son journal NIE, dont la seule teneur et les seuls arguments se limitent à aller casser des catholiques, à un tel point que si on devait le comparer à son homologue français Charlie Hebdo, le public français se rendrait rapidement compte de l’état de décrépitude dans lequel sombre le magazine de Urban. D’ailleurs, la seule célébrité dont tire Jerzy Urban des réseaux sociaux est sa capacité à se ridiculiser, à s’humilier, tout en essayant d’enfoncer les autres dans les entraves des caniveaux. Le fond, les idées, tout est vide. Celui – ci a donc décidé de profiter du premier avril pour publier un article concernant un secret d’État où les autorités de police polonaise auraient entraînés en septembre 2013 des activistes ukrainiens de Maidan afin de renverser le gouvernement ukrainien de Jukanowicz (Ioukanowitch pour les francophones). L’article en question ne repose sur aucune preuve, aucune référence, un témoignage bidon inventé par un pseudo tout aussi bidon. L’objectif de cette dérision est d’essayer de porter en ridicule l’actuel gouvernement polonais, qui en raison des tensions provoquées par les autorités ruses, est en confit avec Vladimir Poutine. Les responsables du magazine NIE savent très bien qu’il s’agit d’un prima aquili, poisson d’avril, d’une blague, lourde en contenu, d’une farce de clown.

Mais voili voilou. l’Homo Sapir, la guenon Soral et l’Orang-outan Meyssan on cru bon d’employer les mêmes grimaces à travers leurs propagandes respectives. C’est ballot, mais réel. Histoire de mieux appréhender le manque de professionnalisme de ces messieurs bricolage de l’info, passons en revue la chronologie de ces maladroites diffusions.

Fin mars, la magazine NIE sors une des ses inepties, dont tout le monde sait en Pologne qu’elles ne valent rien, c’est de la connerie à l’état pur. Certes, nul part ne figure sur le site de mode d’emploi officiel pour analyser l’info, mais pour qui comprend la langue polonaise, c’est plus qu’une évidence.

Enfin, presque.... parce que pour une série de ploucs non polonophones, à qui aurait été effectuée une traduction approximative, qui plus est francophones et pro-Poutine, cela pourrait servir de miettes de pain aux pigeons prêt à gober n’importe quoi. En premier lieu, c’est Thierry Meyssan qui s’est employé à lancer une fausse polémique en utilisant pour seule source l’article de NIE tout aussi bidon, non sourcé, comportant par ailleurs certaines erreurs de débutant. Évidement, ce même article a été relayé via la propagande de Alain Soral, et cela n’a pas non plus empêché Jacques Sapir, l’éminent pseudo spécialiste de la question russe, de prendre cela pour courrier officiel ! Les mecs, quand vous faites de la propagande, apprenez à vérifier vos sources, là, vous êtes pas crédibles, à la limite pathétiques.mip201403cpgrdk

Qui est Jerzy Urban ?

Jerzy Urban, également connu sous les pseudonymes de Jerzy Kibic, Jan Rem, Klakson, est né Jerzy Urbach le 3 août 1933à Łódź. C’est un journaliste engagé politiquement, il est aussi le rédacteur en chef du magazine NIE ainsi que le propriétaire de la société Urma éditant ce journal.

Il est issu d’une famille juive de Łódź. Son père fut un militant du parti socialiste polonais dans les années 30. C’est en 1939 que mle nom de la famille a changé suite à une mauvaise traduction d’un officier soviétique, passant de Urbach à Urban, sa famille décidant de ne pas changer de patronyme par la suite et de conserver celui de Urban, ce qui a probablement aidé sa famille à ne pas être envoyée dans les camps d’extermination nazis allemands. Il étudia dans deux universités de Varsovie mais fut à chaque fois expulsé.

Entre 1955 et 1957, il fut journaliste pour le quotidien Po Prostu, magazine socio-politique qui avait déjà commencé à faire parler de lui en stigmatisant la population catholique à l’époque. Ce magazine devait réhabiliter politiquement le dictateur soviétique Władysław Gomułka, mais suite à des désaccords sur fond de politique intérieure avec Jerzy Urban, le magazine Po Prostu, créé à l’initiative dudit dictateur, fut interdit. Jerzy Urban fut interdit de publication sur le territoire polonais. Il continua son activité de journaliste en utilisant des pseudonymes pour le compte du quotidien Polityka mais continua d’être interdit de publier sous son propre nom au cours du régime de Władysław Gomułka.

Entre 1981 et 1989, il fut le porte parole du gouvernement communiste polonais, celui là même qui a participé à la mise en place de l’État de Guerre en Pologne en décembre 1980.

Au cours du mois de septembre 1984, lorsque le prêtre polonais Jerzy Popiełuszko fut assassiné alors que celui-ci ne faisait que mettre en évidence l’état d’esclavage et de misère sociale à travers lequel le peuple polonais fut assujetti par la Russie. Jerzy Urban a profité de la mort de ce prêtre pour l’insulter de paria catholique et le comparer à Giralamo Savonarola. Il a édité son article sous le pseudonyme de Jan Rem.

D’ailleurs, se moquer des morts est une grande spécialité de Jerzy Urban, puisque celui-ci n’a de cesse de tourner en ridicule et de cracher sur les représentants polonais qui ont trouvé la mort lors du crash de l’avion présidentiel le samedi 10 avril 2010 à Smolensk.

En 1986, marionnette au service du gouvernement communiste, il a accusé l’espion polonais et américain Ryszard Kuklinski d’avoir trahi le mouvement Solidarnosc en omettant de l’informer des tentatives d’imposer la Loi Martiale par le même gouvernement communiste. C’est à dire que l’agresseur, ici le gouvernement communiste, accuse son adverse vis à vis de ses autres adversaires, afin de tenter de semer le trouble entre eux. Interrogé, Ryszard Kuklinski a expliqué que les tentatives d’imposer la Loi Martiale ne furent prises que très tard dans l’année 1980 et qu’il lui était impossible de connaître des infos que personne ne connaissait, d’autant plus que cette initiative d’imposer la Loi Martiale ne fut pas qu’interne mais dépendait également des services du Kremlin. mip201403cpgrdk

L’objectif de Jerzy Urban fut de mettre à mal l’administration américaine, dont on peut remettre en cause l’impérialisme. Mais Jerzy Urban travaillait pour un autre impérialisme, celui de la Russie. Il n’empêche qu’en s’alliant à l’impérialisme américain, les pays d’Europe de l’Est ont pu se libérer de l’impérialisme russe. Entre les deux, il semble tout de même plus qu’évident que les américains n’occupent pas militairement, n’annexent pas les territoires européens par la force, et que le combattre peut se faire démocratiquement sans devoir prendre les armes. Il n’en a jamais été de même avec l’impérialisme russe.

Ce qui se produit en 2014 en Ukraine et exactement la reproduction de la même situation qu’a vécu la Pologne en 1981 et la Hongrie en 1956. Par contre, cette situation n’a pas pu se produire, ni contre la Chine de Mao, ni contre la Yougoslavie de Tito, les rapports de force n’étant pas les mêmes.

Après 1989, Jerzy Urban a tenté de se présenter aux élections présidentielles, mais il a dû subir une écrasante défaite. Depuis 1990, ce mollusque issu de l’ère stalinienne se focalise sur son seul magazine NIE, où 95% des articles ne sont que des blasphèmes eu égard à la religion catholique, ce qui, en terme de référence, tant sur le plan de la politique interne comme en matière de géopolitique, n’en fait guère une référence sérieuse.

De même que le consultant international Thierry Meyssan, ou encore l’expert international Jacques Sapir, s’illustrent parfaitement dans leur idiotie crasse en s’appuyant sur une telle source. Un peu comme l’affaire du philosophe imaginaire Botul imaginé par Bernard Henry Lévy. À l’époque, BHL s’était planté magistralement, c’est aussi le cas pour le club des penseurs amateurs Soral, Sapir, Meyssan, et tout autre individu non directement cité mais qui y ferait référence.

En 2005, c’est devant les tribunaux que Jerzy Urban fut condamné, pour avoir insulté le Pape Jean Paul II.

En 1991, il écrivit l’ouvrage Prima Aprilis towarzysze !, qui se traduit par Poisson d’Avril, Camarades, dans lequel il explique comment ce genre de blague peut être utilisée pour « glisser des quenelles » dans le fion de ses adversaires politiques. Faut croire que Jerzy Urban doit rigoler en ce moment (lui qui est autant cathophoble, qu’orthodoxophobe et christianophobe) quand il doit voir comment les blaireaux et autres laquais de la propagande russe ont réutilisé sa blague du 1er avril, parmi lesquels on peut voir des spécialistes consultants internationaux auto-proclamés, pour alimenter leurs pseudos thèses politiques. Même les médias russes travaillant pour Poutine auraient pris le soin de se renseigner sur Jerzy Urban, de peur de passer pour des cons et de se ridiculiser aux yeux de l’opinion internationale. Mais là, c’est magistralement royale, des frenchies, surfant sur la vague tout à fait légitime du mécontentement populaire vis à vis de la crise économique, profitant médiatiquement pour accuser les pressions de l’Union Européenne bureaucratique, et mettre à l’index la véritable souffrance endurée par une partie de la population française, se sont plantés comme des novices.

Merci à nos amis poutinolâtres francophones de nous faciliter la tâche.

Dossier sur la crise ukrainienne : http://mediapolonia.com/news/theme2993.html

Lire la suite :

Meyssan, Soral, Sapir reconnaissent avoir menti et s’être planté comme des cancres !

Jerzy Orban la référence intellectuelle de Sapir-Meyssan-Soral en images.

Histoire d’illustrer leurs propos, nous vous invitons à découvrir le monde Jerzy Urban et le musée des horreurs qui y réfère. Âmes sensibles s’abstenir, certaines photos peuvent heurter la sensibilité de certains.

Les Manchots de Madagascar

Sans commentaire

Wadowice : quand la Pologne fut annexée par la Prusse, l’Autriche Hongrie et la Russie
Le Massacre de Katyn
La tragédie de Smolensk
Smacznego = Bon Appétit

"Moi, je suis sexuellement libérée"

"Montrez moi votre chatte
Je vais vous donner une pomme"

"Petite et laide, mais à prix réduit"

"T’es allée au pèlerinage de cette année ?"

Sans commentaire

Copyright © 2015 Gazeta MediaPolonia.com
Répondre à cet article

Partagez cet article en 1 clic :

Forum